jeudi 30 janvier 2014

L'opéra "Rusalka" d'Antonín Dvořák en direct au Gaumont de Talence le 8 février


Renée Fleming dans le rôle de Rusalka

Le 8 février 2014 à 18h55 l'opéra Rusalka d'Antonín Dvořák sera en retransmission au Cinéma Gaumont Talence Universités depuis le Metropolitan Opera de New-York. 

Direction musicale: Yannick Nézet-Séguin. Mise en scène: Otto Schenk
. 
Avec Renée Fleming (Rusalka), Emily Magee (La princesse étrangère), Dolora Zajick (Ježibaba), Piotr Beczala (Le prince), John Relyea (L’Esprit du lac).

Opéra chanté en tchèque sous-titré

Prix des places:
31 euros plein tarif 
23,5 euros tarif étudiant 

Pour découvrir l'opéra:
  • Le livret de l'opéra peut-être trouvé au 3ème étage de la BU, ou à la médiathèque Bordeaux-Mériadeck. 
  • Le numéro spécial de la revue L'Avant-scène opéra consacré à Rusalka est également disponible à la B.U. Lettres ou à Bordeaux-Mériadeck. 
  • Pour ceux qui souhaitent écouter l'œuvre, plusieurs enregistrements sont disponibles à la médiathèque Bordeaux-Mériadeck, dont celui du Théâtre national de Prague sous la direction de Zdenek Chalabala (Supraphon, 1996) et celui de l'Orchestre philharmonique tchèque sous la direction de Charles Mackerras (Decca, 1998).
Synopsis:
Rusalka est une nymphe. Elle vit sous la férule de l’Ondin, en compagnie des autres nymphes des eaux. Mais elle est tombée amoureuse du Prince et veut s’émanciper de sa condition et devenir son amante. L’Ondin n’est pas d’accord mais il la conduit néanmoins auprès de la sorcière Jezibaba. Celle-ci prévient Rusalka que si elle devient humaine, elle perdra l’usage de la parole. Et si le Prince lui est infidèle, la damnation éternelle les attend tous deux. Rusalka accepte les conditions et boit une potion magique. Le Prince la trouve et l’emmène sa nouvelle fiancée, muette et sans nom, chez lui. Mais une Princesse étrangère jalouse va pousser le Prince à tromper Rusalka, qui retourne au fond de l’eau, pour l’éternité. Est-ce qu’elle aime encore assez le Prince pour chercher à lui épargner le même triste sort ? 
(source : http://1213.geneveopera.ch/production_51)