vendredi 5 avril 2013

Le témoignage d’une Française qui est « coach » à Moscou depuis 5 ans.



Valérie Brémond a créé son agence Do it Evolution  et travaille autant avec des entreprises internationales implantées dans le pays, qu'avec des entreprises russes.

Sa philosophie ?

"Je ne tiens pas compte des clichés. Le coach doit aider l’individu à s’élargir et aller au-delà de son éducation et de sa culture pour trouver un comportement qui permet d’atteindre un objectif. Les gens peuvent confirmer les clichés. Si on a une croyance, elle sera de toutes les façons confirmée car on trouvera forcément dans la nature, un chef autoritaire… Lors des formations interculturelles que suivent les futurs expatriés, il faudrait leur apprendre à travailler sur leurs capacités à s’adapter à un nouvel environnement, plutôt que leur donner des a priori.
 "Quel est l’avantage de croire que les Russes sont comme ceci ou comme cela ? C’est confortable de maintenir une croyance mais cela ne fera pas évoluer l’entreprise cela peut même freiner sa performance. Plus on a d’a priori, plus les personnes autour de soi se comporteront en fonction de ce que vous attendez d’elles.
 "La culture ne produit pas des êtres identiques, chacun réagit à sa manière. Ce n’est pas l’environnement qui forme la personne, c’est la personne qui réagit en fonction de sa personnalité à un environnement. Il y a un exemple que j’aime bien donner : deux enfants sont sur la plage et reçoivent une vague. L’un va pleurer, l’autre va rire alors que la vague est la même. La vague n’a aucun pouvoir, c’est la perception de l’individu qui va créer la réaction."

Voir l'interview dans sa totalité: